ChtiRoller 2009 : la belle victoire de Thomas Thiriez

L'an passé encore, lorsque des patineurs de vitesse se rendaient à Lille c'était pour participer à une épreuve de la FIC. Cette année la ChtiRoller s'est muée en une épreuve de 4 heures par équipes de 4 ou en solo.
Aussi, ce dimanche 12 avril 2009, quelques PUCistes ont étrenné le nouveau format de ce traditionnel rendez-vous nordiste. Sur la ligne de départ on retrouvait donc une équipe de 4, composée (après de multiples tractations et un remplacement de dernière minute) de Jennifer, Karine, Dominique et Walter et 2 solistes, Thomas Thiriez et Louis Bankowsky. Sans compter quelques PUCistes "en prêt" dans d'autres équipes (Florence et Alex) qui eux aussi sont à créditer d'une très bonne performance sur cette course.
  alt
A défaut d'une chasse aux oeufs de Pâques réussie , Thomas et Louis ont trouvé leur places sur les 2 premières marches du podium "solos", Florence et Alex finissent 3eme en "libre", et enfin l'équipe PUC finit 10e au général.
 

La course vue par Thomas, vainqueur en "solo" et second au scratch.

"Lors du CLM le matin, la route était encore un peu humide par endroits, et les virages assez dangereux. Je roule vite, mais sans me mettre dans le rouge. L'enjeu n'est pas très important. Si je gagne deux mètres au départ, ça ne va pas changer grand chose sur les 4h. Mais Louis (Bankowsky) est 30s devant, donc ça m'incite quand même à pousser un peu. Et première surprise de la journée, je finis le CLM avec le meilleur temps.

Départ de la course. C'est un départ pieds nus, comme au Mans. Au top, je me précipite sur mes patins, j'enfile le pied gauche, je tire sur les lacets, et paf, il me reste dans la main. Ça commence mal. Ça fait deux ans que je roule avec, et il faut qu'il pète aujourd'hui. Bon, je serre les strap, et je vais voir ce que ça donne. Avec le stress, je m'emmêle avec le lacet restant, je n'arrive plus à boucler les patins. Je finis par accrocher le lacet restant dans le scratch de la puce pour qu'il ne dépasse pas trop. Je peux enfin partir. RPhil (Philippe Coussy) a déjà pas mal de secondes d'avance. J'ai du rouler à fond pendant tout le premier tour pour le rattraper. Louis est parti un peu après moi. Il a mis un peu plus de temps à nous rattraper. On se retrouve rapidement à 4, RPhil, Louis, Jérôme Martin (Planet Roller) et moi. Je me sens plutôt en forme, et me retrouve de temps en temps 10m devant le groupe. Je sais bien que c'est pas sérieux. Je vois RPhil qui semble avoir un rythme bien régulier. Il creuse parfois un petit écart quand on relance après les virages. Je me dis qu'en ayant un rythme beaucoup plus régulier, il restera en forme plus longtemps que nous, et qu'il nous grillera sur la fin. Finalement, au 9ème tour, l'écart se creuse de plus en plus, et on constate qu'il abandonne au tour suivant. Il avait peut-être mal au genou, suite à sa chute au CLM.

Quand Jérôme lâche, on se retrouve à deux derrière la première équipe qui vient de nous mettre un tour. Et avec Louis, on joue à rester bien au chaud derrière. Entre slalom et attaques après les virages, ils tentent tout pour nous lâcher, sans succès. Ils ont un tour d'avance sur nous, on est en solo. Est-ce que c'est bien légitime de ne pas vouloir prendre de relais ? Après tout, on roule presque à la même vitesse.

Un peu avant 2h de course, je commence à entendre un bruit au pied gauche. Peut-être un axe qui se dévisse avec le gratton, mais je n'ai pas pensé à prendre de clé. Zut. À la fin du tour, je demande une clé au ravitailleur. Louis commande deux Pom'Potes. Au tour suivant, on arrive vite, et je vois notre ravitailleur avec deux Pom'Potes dans une main, et une clé dans l'autre. Malgré la vitesse et notre proximité, on a réussi à tout prendre sans rien faire tomber. Ouf. Je ne resserre pas tout de suite. Je préfère rester bien à l'abri sur la première ligne droite où il y a un peu de gratton, et surtout pas mal de vent. La deuxième moitié du circuit est plus roulante, et j'en profite pour m'appuyer sur Louis pour resserrer. Le bruit disparaît. C'était la 2ème roue. Elle aurait pu partir, ça aurait été moins grave que si ça avait été la première, comme je le pensais.

L'opération nous a fait perdre quelques mètres sur nôtre relayeur, mais je pourrais le rattraper sans problème. Louis me dit qu'ils ont un tour d'avance sur nous, que les autre solos sont loin derrière, donc qu'on a pas vraiment besoin de les suivre, et finalement, on ne les rattrapera jamais. Nous ne sommes donc plus que deux, puis 4 quand on retrouve Yumyum et Jérôme. Mais je suis encore en forme, et ça roule un peu trop tranquillement à mon goût. J'attends que la première équipe repasse pour repartir. Ils tardent, je finis par partir avec d'autres équipes qui roulent aussi, et l'écart se creuse avec Louis qui ne suit pas. Après avoir roulé derrière diverses équipes, la première me rattrape, et je reparts avec un rythme correct. Je me cale derrière, et il ne semble rien tenter pour me faire décrocher. Il me dit qu'après, il me laisse le relais. Petit soupir... Bon. Je finis par relayer, et on finit la dernière heure de course comme ça, et ça se passe très bien. Je les laisse relayer sur la première ligne droite, avec le gratton et le vent, quand ils viennent de prendre le relais et qu'ils sont en forme. Je m'occupe du reste.

Dernier tour. Leur dernier relayeur part très vite et me largue rapidement. Je donne tout ce qu'il me reste, et parviens à le rattraper. On franchit la ligne à deux. Je me sens très bien. Cette dernière heure à fond, c'était vraiment bon."
 alt

La course vue par Jennifer.alt

"Le recrutement des coéquipiers
Karine et moi, étions motivées par cette course de 4h en relais mais il nous manquait 2 personnes
Elle m'en a parlé 10 jours avant...et ça s'est finalisé 1 semaine avant, lors de la rando du vendredi soir...elle en parle à Juju et Dom, du cours init...et nous voilà au complet !
Néanmoins Juju s'est blessé 2 jours avant, en patinant, et n'était pas en mesure de rouler avec nous
(il avait mal aux côtes, ça n'aurait pas été raisonnable).
Du coup, nous voilà à 3 au lieu de 4
Karine a essayé de trouver un remplaçant de son côté (Claude, Tabatha, Claire)
Et moi du mien (Walter)...mais dur dur de trouver quelqu'un la veille !!
Finalement, j'ai eu une réponse positive du coach, Walter, vers 23h (il avait pu décaler ses projets)
Nous voilà donc au complet : Lille, on arrive !
 
Le départ
Paris-Bercy, 6h du mat, on roule sous la flotte, ça s'annonce mal...certains finissent leur nuit ! L'arrivée à Lille 2h plus tard...se fait toujours sous la flotte mais c'est moins intense (espérons que ça se calme).
Arrivés bcp trop tôt , les retraits des dossards sn'ayant lieu qu' à partir de 10h, nous en profitons donc pour faire un tour en ville......et se poser un peu, avant le début du "contre la montre" à 11h .
 
Le contre-la-montre
L'oganisation cafouille un peu, il y aura du retard. Allez "PUC mixte", c'est l'heure de se préparer ! Walter prend l'initiative de nous faire partir en 2e (pour éviter toutes les équipes sur le circuit).
Il s'agissait de parcourir un petit circuit carré, d'environ 800m (le 2e ne devait pas avoir plus de 30 secondes d'écart avec le 4e). Il y avait un virage en tête d'épingle, très délicat à prendre, il fallait ralentir car il y avait encore des parties humides, la séparation de la piste vélo qui gênait et les bandes de peinture au sol qui étaient glissantes !
Mais tout s'est bien passé, on est restés groupés, à allure modérée pour finir 13e en 8'07
Ca m'a rappelé le CLM de Besançon avec Etienne, Heiner, Gaël et Frèd...sans oublier Goyan comme coach particuler .
 
La course en relais
Elle durait 4h, de 14h à 18h.
On était sur un circuit différent de celui du matin pr le CLM. C'était un rectangle qui faisait environ 2,4 km
1) on partait sur la tranche la plus petite
2) puis virage à gauche et 1ère longue ligne droite assez gratonneuse, avec vent de face et passait en petit faux plat montant à mi-hauteur
3) tranche parallèle aux stands, un vrai billard
4) et retour sur une longue ligne droite avec quelques plaques, nids de poules, avant le retour aux stands.

C'est Dom qui prend le départ (il a eu de petits problèmes techniques), suivi de Walter, puis Karine et enfin Jen.
A mi-course, Karine et moi avons inversé nos places, et je passais après Walter (car j'avais du mal à passer les à l'américaine avec Dom ).
C'est finalement Walter qui concluera la course en effectuant les 2 derniers tours.
 
Conclusion
Encore une journée de course idéale, j'ai passé de très bons moments à la "Chtis roller" en votre compagnie .

Nous avons eu beaucoup de chance côté météo (on a évité le déluge) . Un grand merci à Juju qui ne nous a pas lâchés malgré ses blessures, qui a pris tout plein de photos et qui a aidé les solos pour leur ravitaillement . Merci à Walter aussi d'avoir remplacé Juju au pied levé!"
alt