Rennes without rain...

 

Il est vrai qu'en règle générale la capitale bretonne constitue une des étapes les plus "humides" de la saison. N'en déplaise aux mauvaises langues, cette année le circuit rennais était totalement sec. Certes, ce n'était pas l'été, loin de là, le vent a bien refroidi l'atmosphère. Celà dit, le parcours proposé a eut tôt fait de nous réchauffer. En guise d'introduction une côte, de plus en plus pentue au fur et à mesure que la course avançait, avant d'attaquer une légère descente sur un revêtement, hum, comment dirais-je, quelque peu "douteux", mélange de gratton et de pâvés, sans parler bien sûr de ce monument classé au patrimoine du roller français qu'est la rue du puit maudit, oups!, Mauger.

dpart

Il en fallait tout de même plus pour impressionner le clan des PUCistes. Une belle petite colonie violette a fait le déplacement pour cette première étape de la FIC et de la WIC (Worl Inline Cup). Non, pour impressionner Antoine, Thibaut, Anthony, Dominique, Alexandre, Stéphane, Louis et Florence, il suffisait de leur énoncer les noms de quelques uns des autres participants aux côtés desquels ils n'allaient pas tarder à s'aligner. Yann Guyader, Alexis Contin, Kalon Dobbin, Olivier Jean, des champions du monde roller ou des athlètes olympiques sur glace (médaillé d'or en short track pour Jean), du côté des garçons; Cecilia Baena, Nathalie Barbotin, Giovanna Turchiarelli, l'élite du roller féminin mondial. Pour beaucoup d'entre nous, prendre le départ aux côtés de telles pointures étaient en effet une première, imposée par le changement de règlement de la FIC : cette année nous courrons tous en catégorie nationale sur le marathon.

Marathon masculin.

 

Antoine

 

La course est partie très vite. Probablement car tous les athlètes cités ci-dessus étaient impatients d'en découdre, plus probablement car la course était retransmise en direct sur France Bretagne. Une première et une occasion unique de montrer de belles images de notre sport.

 

Dès les premiers tours les attaques furent nombreuses et c'est Inigo Vidondo de l'équipe espagnole Marianistas qui fut le premier à parvenir à séchapper. Une échappée vite vouée à l'échec. Il fallait attendre la mi course pour que Scott Arlidge, Felix Rihjnen et Ewen Fernandez du team powerslide, ainsi que 3 autres coureurs (dont Julien Levrard et Severin Widmer) parviennent à prendre une avance suffisament conséquente pour pouvoir prétendre à la victoire. A 2 tours de la fin le néo zélandais Arlidge et le français Fernandez, profitaient d'un sprint intermédiaire pour lancer une nouvelle attaque au sein de cette échappée. Seul le suisse Widmer parvenait à les rejoindre. Et c'est finalement Arlidge qui au terme d'un sprint impressionnant s'impose sur cette première étape.

Thibaut

Du côté des nationaux, pour espérer la victoire, il fallait comme souvent pouvoir resister le plus longtemps possible dans le peloton élite. Ce que l'expérimenté Philippe Poirier fait très bien. Derrière, 2 violettes font une très belle course. Antoine et Thibaut, restent avec les meilleurs nationaux pendant un long moment. Thibaut n'a malheureusement pas résisté jusqu'au bout de la course. Antoine y parvient lui plutôt bien, et en parlant d'une transition plutôt réussie de l'ex catégorie open vers le national on pourra le citer en exemple puisqu'il finit 4e. Un excellent résultat sur une étape particulièrement relevée.

 

Anthony

Yum Louis

 

36 km pour les filles et les vétérans.

 

Du côté des filles, seule une courageuse violette avait fait le déplacement. Florence sera donc la seule à prendre le départ auprès des teams powerslide et Alessi et de quelques autres pointures du circuit féminin. Que dire de cette course sinon que la superstar colombienne cecilia Baena, bien emmennée par son exemplaire équipière Nathalie Barbotin a encore une fois fait le métier. Les filles en noir et blanc ont ponctué la course de nombreuses attaques pour anhiler toute tentatives d'échappée et ont bien contrôlé le peloton pour emmener leur leader dans les meilleures conditions au sprint. Un sprint puissant où, malgré un léger déséquilibre à quelques mètres de la ligne Baena s'impose devant Turchiarelli. Nathalie Barbotin après avoir accomplis un énorme travail durant la course trouve encore la force de prendre la 3e place.

Baena

De son côté, Florence fait une course bien plus qu'honnête derrière tout ce petit monde. En roulant toute la course avec une autre patineuse, devant laquelle elle s'impose, elle prend une encourageante 20e place.

 

Chez les vétérans hommes, Damien Ducreux de Génération roller Lyon, survole la course et relègue la concurrence loin, très loin derrière.

 

Allez vivement la prochaine étape de la FIC à Dijon en juin prochain

Podium_filles