Il pleut, il mouille / ce sont les roulements qui rouillent !

L’été arrosé et la météo capricieuse des dernières semaines sont fatals aux pré-inscriptions de Compiègne : seulement une timide cinquantaine d’inscrits. Pour cette 3ème année, l’organisation a changé le parcours. Nous délaissons l’aller-retour étroit des deux premières éditions pour dessiner un beau cœur dans une zone industrielle, sur les bords de l’Oise.

Le temps se maintient jusqu’à la mi-journée, permettant aux jeunes et à l’heure roller d’inaugurer le parcours sous le soleil. A 12h30, les nuages qui retenaient leur eau jusque là déversent une pluie abondante. Pas de doute, le semi-marathon se fera en noir. La chaussée trempée a retardé le début de l’échauffement, mais n’a pas eu raison de l’envie des quelques dizaines de patineurs présents. Quitte à rouler en tenue imperméable, pour s’assurer d’être plus mouillé à l’intérieur du k-way qu’en dehors.

12h45, heure de départ pour les hommes. Aucune lutte pour se placer sur la ligne. Le trio de tête se forme dès les premières foulées : Julien Levrard, Antoine et Ludovic (Longjumeau). Nos trois hommes resteront ensemble jusqu’au 4ème tour. Ludovic est le premier à décrocher, Antoine restant avec Julien jusqu’à la cloche du dernier tour. Il lâche, Julien finit seul en tête. Parmi les autres patineurs à prendre le départ, nous comptons Vincent, méconnaissable dans sa tenue amphibie. Il finit au milieu du classement pour sa première compétition officielle. Les femmes partent deux minutes après : Jessica Gaudesaboos prend tout de suite le large, pour finir la course avec plus d’un tour d’avance sur la 2ème, Charlotte Laurent.

Nouvelle averse entre le semi et le marathon, qui n’évacue pas la menace d’une nouvelle ondée durant la course : il suffit d’un nuage incontinent pour que le macadam mette une heure à sécher. Davantage de violettes dans cette course avec Alexandre, Anthony, Antoine, Christian, Eric, Pierre, Sébastien, Simon, Anne et Marine. C’est au tour de Vincent de donner de la voix sur le bord du circuit.

Après deux tours sur goudron trempé, le bitume a séché, aidé par un vent puissant. Mis à part les conditions climatiques, il nous semble assister à un remix du semi-marathon avec une course rapidement décantée :

  • Julien Levrard prend la tête de course, accompagné par Antoine, mis en de bonnes conditions par ses fidèles équipiers du team vitesse, Alexandre, Eric et Pierre. Au 4ème tour, Eric, toujours malade des France Piste, abandonne. Le peloton de poursuivants éclate lorsque Julien Levrard leur met un tour, certains patineurs sautant dans sa roue au passage.
    Dans les pelotons suivants, nos violettes arrivent à bien rouler ensemble
  • Jessica est seule en tête, suivie par Charlotte Laurent puis Ludivine Houze.
    Suivent Marine et une patineuse danoise également vêtue en violet ; Anne s’est trouvée un binôme du 4ème tour jusqu’au lancer de patin final.

Félicitations à Antoine pour son doublé (après tout, pourquoi attendre Berlin pour être double starter ?) et Christian qui grimpe sur la 3ème marche du podium en vétéran !
Voir tous les résultats de la journée.

Merci au club de Compiègne pour l’organisation bien réglée de cet événement, à Cyril pour les photos , à Sabrina pour les encouragements, à Reyda pour toutes les citations du PUC au micro, à Alfathor pour son article sur REL avec des PUCistes sur presque toutes les photos, au marchand de bonbons, même si on n’a pas visité son stand en l’absence de krokos kipiks, au monsieur de la Lyonnaise des Eaux pour ses carafes d’eau.

Les dimanches de juin se suivent et ne se ressemblent pas. En ce 3ème week-end de juin, direction l’Alsace pour l’EO Race de Strasbourg, 4ème étape de la Coupe de France des Marathons. Profitant de sa proximité avec les frontières suisse et allemande, cette course encore récente (2ème édition en 2012) rassemble environ 200 patineurs sur le marathon. Le circuit de 3,3 km, situé dans la zone d’activités de Schiltigheim (à prononcer ‘Shilik’ selon le diminutif usité par les locaux ; ou ‘Chtichtigème’ selon Alexandre ;-) est très roulant et ludique, avec des virages dans les deux sens et de belles lignes droites.

L’objectif de cette journée : prendre la 3ème place du classement par équipe pour notre team vitesse, simplement se faire plaisir et signer une belle performance individuelle pour les autres. Nous comptons ainsi parmi les participants à la journée : Anne (sur le semi), Chrystelle, Marine, Alexandre, Antoine, Eric, Matthieu et Pierre.

Quand des patineurs allaient voir du pays en Rhône-Alpes sur le circuit de la Roll’Athlon, à Troyes, ou encore en Allemagne au bord du Rhin, d’autres restaient en Ile de France pour les championnats régionnaux piste : pas de sésame pour les France Piste sans participation à cette journée.

Evénement inédit pour le PUC, ce sont donc 8 personnes qui étaient présentes sur la piste de Longjumeau à partir de 8h45 pour donner le meilleur d’eux-mêmes dans ces épreuves relevées : Alexandre, Antoine, Arthur, Eric, Gilles, Goyan, Matthieu, et Pierre pour les Ile de France Piste.

Journée chargée que ce dimanche 13 mai !

  • 7h30 : retrait des dossards
  • 8h45 : rdv porte de Clichy pour rejoindre le circuit
  • 9h00 : rdv porte d’Orléans pour prendre l’autoroute océane
  • 9h00 : départ du semi-marathon
  • 9h01 : départ décalé pour les femmes
  • 10h00 : début des 6h de Carole… pour 6h00 donc
  • 13h40 : premiers runs pour nos slalomeurs, qui tombent malheureusement dans la même série pour ces world free battle.
  • 14h10 : petite finale slalom
  • 16h00 : nos marathoniens sur la ligne de départ
  • 16h02 : départ du marathon féminin
  • 16h30 : le bar à PUC monte sur la 1ère marche du podium
  • 17h18 : Yann Guyader termine sa course, suivi quelques minutes plus tard par notre team vitesse

Démêlons le fil de ces événements : ce dimanche se déroulaient en parallèle pour nos PUCistes la 30ème édition de Rennes sur roulettes et les 6h de Carole.

Une très belle journée sous le soleil breton, qui a permis à nos patineurs de cotoyer le plus haut niveau mondial en slalom en vitesse : cette 30ème édition de Rennes sur Roulettes est la 1ère étape de la Coupe du Monde en vitesse et une étape du circuit national freestyle qui compte pour le classement mondial en slalom.